Un musicien de Black Metal admet avoir brûlé plusieurs églises aux États-Unis pour gagner de la crédibilité

Casino-party

Un jeune homme de 22 ans originaire de la Louisiane, aux États-Unis, a admis avoir brûlé plusieurs églises afin de gagner de la crédibilité dans son créneau musical, le Black Metal. 

Holden Matthews, 22 ans, a plaidé coupable aux chefs d’accusation qui pesaient contre lui ce 10 février, dont l’usage du feu pour commettre un crime et avoir causé des dommages intentionnels à une propriété religieuse. En fait, le jeune homme a mis feu à 3 églises baptistes en Louisiane dans la dernière année. Heureusement, celles-ci étaient complètement vides lors de ses actes et personne n’a été blessé. 

Matthews a même admis avoir commis ces actes criminels afin d’augmenter sa crédibilité en tant que musicien de black metal. Il était membre d’un groupe nommé Vodka Vultures, qui est introuvable sur le web. 

L’événement n’est pas sans rappeler la cinquantaine de feux commis durant les années 90 en Norvège par des membres de la communauté Black Metal.

De plus, le Louisianais aurait publié des photos et vidéos des églises auxquelles il a mis feu sur son profil Facebook, selon le Département de la Justice des États-Unis :

« Matthews a admis avoir mis feu à ces églises à cause du caractère religieux de ces dernières afin d’augmenter sa crédibilité en tant musicien de Black Metal en copiant des crimes similaires ayant eu lieu en Norvège dans les années 90 ».

Ces crimes ont été très mal reçus du côté des Américains. En effet, les églises ciblées par le criminel accueillaient en majorité la communauté noire de plusieurs quartiers de la Louisiane, ce qui a rappelé certains crimes racistes. 

Holden Matthews risque une peine de prison se situant entre 10 et 70 ans et sera de retour devant la cour américaine le 22 mai prochain. 

*

Un autre musicien qui a ses démêlés avec la justice, Kodak Black, purge présentement sa peine derrière les barreaux et a même envoyé un gardien de prison à l’hôpital en agrippant ses testicules

[Via Kerrang! et le Département de la Justice des États-Unis]