Evenko a refusé qu’une journaliste couvre les arrestations survenues à ÎleSoniq

IleSoniq_11 copy

Le promoteur du festival ÎleSoniq, Evenko, se fait accuser, par la Fédération Professionnelle des Journalistes du Québec (FPJQ) d’avoir refusé l’accès au site de l’ÎleSoniq car la journaliste voulait couvrir les arrestations qui avaient lieu au Parc Jean-Drapeau. Au total, 112 personnes ont été interceptées lors de ÎleSoniq.

La FPJQ dénonce que Evenko ait voulu contrôler l’information qui sortait du festival de musique électronique ÎleSoniq. L’article dénonce aussi la porte-parole de Evenko, Caroline Audet, qui a tenté de taire l’information voulant que plusieurs personnes aient été arrêtées.

La journaliste en question se serait fait dire, par Audet, qu’elle aurait pu couvrir le festival si elle avait décidé de couvrir seulement la portion musicale, pas les arrestations.

L’article affirme que “les journalistes doivent pouvoir traiter les sujets qui sont d’intérêt public sans avoir à subir de telles tactiques déloyales.”

Caroline Audet a répondu aux questions de la FPJQ, affirmant que la journaliste n’avait pas rempli la demande d’accréditation dans les délais prévus, mais qu’elle aurait déployé plus d’efforts pour l’accréditer si cette dernière n’avait pas voulu couvrir les arrestations.

Évidemment, aucun festival n’aime avoir des arrestations, mais, comme le tire l’indique, Evenko doit laisser les journalistes travailler et leur permettre de rapporter les faits tels qu’ils sont. Les journalistes ne doivent pas être un coup de publicité assuré.

Voir aussi :

Les 20 meilleures photos de fans présents à ÎleSoniq 2014.

ÎleSoniq 2014 : Tiësto, Iggy Azalea, Adventure Club et le résumé de la première journée (PHOTOS).