Pub_720_x_300

Entrevue // Alex Martel met la table en vue de la sortie de la programmation du Rockfest 2018

Pub_720_x_300
alex martel seth rogen
rdf2_13_au_19_juin_18_320x560_1

alex martel seth rogen

Le Rockfest annoncera sa programmation 2018 ce mercredi à midi. Après plusieurs mois de rumeurs et l’annonce de plus d’une quinzaine de groupes, Alex Martel a répondu à nos questions tout juste avant le dévoilement.

On parle de la réaction de gens jusqu’à présent, de ce qu’on peut s’attendre de la programmation 2018, des changements sur le site et plus encore.

C’est toujours vraiment intéressant (et apprécié) quand un programmateur de festival répond à nos questions. Surtout à quelques jours/heures du dévoilement de la programmation.

99scenes : Vous avez fait quelques annonces notamment pour les fans de punk et les fans de métal. Que penses-tu de la réaction à ces teasers?

Alex Martel : La réaction a été très bonne et on a vu l’impact sur les ventes de billets. Je suis vraiment satisfait de voir qu’on a pu combler beaucoup de gens simplement avec quelques bands de chaque style. Plusieurs ont dit que nos teasers sont plus solides que la programmation complète de certains autres festivals, alors c’est un excellent compliment.

Que peux-tu dire à propos de la programmation 2018 qui sort dans quelques jours?

Je crois que c’est vraiment un retour aux sources à plusieurs niveaux, un peu comme on avait fait en 2016 dans un sens. Premièrement, il y a moins de bands, entre 70 et 80 plutôt que 130, qui était complètement absurde. J’ai vraiment coupé dans le gras et j’ai enlevé les trucs un peu drôles comme les hommages, ç’a fait son temps. Les bands internationaux vont aussi jouer le jeudi. Ça permettra aux bands de jouer plus longtemps et aux festivaliers de manquer moins de bands, comme ils me demandent depuis des années. Au niveau des styles, on revient vraiment à la base comme à l’édition 2013, soit le punk-rock et le métal, mais en conservant aussi le volet plus commercial et grand public qu’on a apporté en 2014.

Tu es sorti publiquement la semaine dernière pour essayer de calmer les attentes des fans, alors à quoi peuvent-ils s’attendre?

L’an dernier, on a mis le paquet sur Rammstein, leur venue a coûté une méga fortune et ça nous a fait très mal financièrement. Plusieurs festivaliers nous ont dit aussi qu’ils préféraient qu’on répartisse le budget sur l’ensemble de la programmation plutôt qu’un gros nom, et c’est ce que j’ai fait cette année. Travailler en ce sens nous permet d’offrir des billets beaucoup moins chers cette année et assurer la survie du Rockfest à long terme. Alors non, il ne faut pas s’attendre à Metallica, Eminem, Slipknot, Foo Fighters, Green Day, System of a Down, une réunion des Beatles ou autres mégas noms de la sorte. Je préfère détruire vos rêves tout de suite plutôt que mercredi!

Comment décides-tu de la balance entre les groupes qui sont déjà venus au Rockfest et des groupes qui n’ont jamais joué?

Ça devient de plus en plus difficile de trouver des bands qui n’ont jamais joué, car avec 130 bands par année lors des éditions passées, la plupart des groupes les plus demandés par les festivaliers sont déjà venus, alors je ne peux pas en inventer. En 2016, les gens disaient qu’on répétait les mêmes bands, qu’il faut de la nouveauté. En 2017, la majorité des bands n’étaient jamais venus et les gens étaient déçus du manque de groupes classiques du Rockfest. Donc j’essaye de faire un mix des deux, mais pour 2018, j’ai surtout misé sur des valeurs sûres qu’on me demande et redemande année après année.

Est-ce qu’il y aura des changements sur le site en 2018?

Oui, on va reconfigurer plusieurs aspects du site cette année. Notamment, on veut établir un espace sur le site principal pour manger et relaxer, avec de l’ombre et tout. On cherche toujours des nouvelles façons pour améliorer l’expérience des festivaliers. L’expérience du Rockfest, ça demeure notre point fort, au-delà de la programmation.

À propos de la compétition entre les festivals, comment vois-tu le Rockfest se différencier des autres événements du Québec dans les prochaines années?

Je crois qu’on va miser de plus en plus sur la jeunesse, car c’est le futur du Rockfest. On veut garder notre nos valeure sûres et l’âme du Rockfest qui a fait notre renommée, mais on veut également attirer des nouveaux groupes qui ne sont jamais venu à Montebello. On voit le succès que l’on a eu avec des bands plus jeunes comme Bring Me The Horizon, A Day To Remember et autres. On va continuer à aller dans ce sens, en plus de toujours avoir nos bons vieux classiques.

Ton groupe Deadly Apples va ouvrir la tournée de Korn au Japon à la fin mars et vous avez joué au National à la Soirée Rockfest en février. Allez-vous également rejouer au Rockfest 2018?

Il faudra attendre à mercredi pour le savoir, mais ce n’est pas impossible. Ça devait être un seul spectacle de réunion avant Rammstein au Rockfest 2017, mais finalement c’est devenu un projet prioritaire pour moi. On a déjà des spectacles confirmés au Japon, au Mexique, en Amérique du Sud, en Europe et aux États-Unis pour 2018, alors beaucoup de gros projets en vue.

As-tu déjà fait des offres pour des groupes en 2019?

Oui, ça n’arrête juste jamais! J’ai besoin de vacances je crois.

***

Merci à Alex Martel d’avoir répondu à nos questions! Le Rockfest annoncera officiellement sa programmation le 14 mars à midi. Les fans sont d’ailleurs invités à assister à la conférence de presse sur places dès 11h30 aux Foufounes Électriques.

Les 16 groupes annoncés au Rockfest 2018 jusqu’à présent (incluant Sum 41, Lambg Of God, Rancid et plus) sont ici.

Aime la page de 99scenes pour ne rien manquer du Rockfest 2018.

fete_nationale
fete_nationale
rdf2_13_au_19_juin_18_320x560_1
rdf2_13_au_19_juin_18_320x560_1